L’artisan de soi

L’artisan de soi

« Devenir l’artisan de sa vie éduque et construit l’art d’être mieux en soi. »

Catherine Mathieu

 

Et si je découvrais le meilleur de moi-même ?

fleche-bas

fleche-bas

L’eldorado est en soi

Le XXIe siècle : l’ère de tous les possibles technologiques. Mais ne serait-il pas temps de rester connecté à la réalité  ? Temps d’apprendre à vraiment mieux se connaître pour vivre mieux en soi ?

Notre première mission d’être humain : ne serait-elle pas de découvrir le meilleur de nous-même ? Pour un monde meilleur, commençons par apprendre à gérer nos émotions.

L’eldorado est en soi : l’art de nous adapter à nos émotions permet de nous comporter en force tranquille et de nous réinventer en toute situation avec un nouveau regard positif sur la vie.

 

Je préserve ma santé

Mon corps dit stopNous pensons avancer en essayant de tout faire très vite, trop vite. Sans réaliser que notre corps ne pourra pas indéfiniment suivre l’excès de vitesse infligé. Et nous reconnaissons la douleur, mais pas l’émotion nous empoisonnant l’existence. Les conséquences corps/mental ?

Notre corps nous dira STOP un jour. Et il nous envoie régulièrement des signaux pour nous prévenir. Une illustration ? Un trop-plein d’émotions mal gérées peut nous entraîner vers des : migraines, trouble du sommeil, mal au ventre, mal au dos, aux cervicales, chutes, irritabilité, état dépressif, burnout…

N’avez-vous jamais ressenti un de ces maux sans aucune raison médicale apparente  ? Ne serait-il donc pas temps de « balayer dans votre corps » les indésirables ? Et pourquoi ne pas apprendre à traiter et soigner l’émotion au jour le jour ? Guérir la maladie prend plus de temps que soigner l’émotion immédiatement, non ?
Prendre soin de soi

Apprenons dès à présent à écouter les messages révélateurs de notre corps avant d’écouter ce que viendra nous dire la maladie. Beaucoup penseront qu’apprendre à s’occuper de soi est égoïste…

Pourtant, il est nécessaire d’aller bien soi-même pour cultiver notre autonomie et, justement, bien accompagner autrui et devenir l’artisan du mieux vivre ensemble.

 

Je vis mieux en moi au quotidien

Faire une pauseLa plupart d’entre nous ont souvent le mental en ébullition, pour tout et rien. Telle une cocotte minute sous pression prête à exploser. Et nous arrivons régulièrement à bout, mentalement et physiquement.

Qui n’a jamais dit un jour « vivement le week-end ou les vacances » ? Ou bien encore : « Comme j’aimerais déposer ma tête sur la table de nuit pour être tranquille, pouvoir me reposer et dormir ! J’ai besoin de paix, de calme… »

Et vous, avez-vous déjà tenu des propos de ce genre ? Le problème est le suivant : nous perdons beaucoup de temps à mouliner et ruminer mentalement. Et pourquoi ne pas essayer d’adapter dans notre quotidien une aire de repos, un espace-temps, une pause de récupération ?

 

« Je sais »

Par ailleurs, il faudrait compter le nombre de « JE SAIS » que nous entendons par jour, jaillir de tous côtés. Nous serions très étonnés. Et vous, peut-être « savez-vous » ? Je sais quoi ? Ce que je ne sais pas, c’est-à-dire comment faire pour aller mieux ?Arrêter de ruminer

Le « Je sais » souvent réside dans le mental et n’en sort pas. Mais le mental n’est pas le seul à savoir et voilà bien la cause de nos souffrances. Le corps a besoin de s’exprimer  sereinement AUSSI !

Notre corps est le réceptacle de notre histoire. Il prend, reçoit, perçoit tout notre vécu du moment, et durant notre vie entière. Apprenons donc à écouter ses messages avant de ressentir notre corps hurler de douleur.

 

J’apprends à être moi

Apprendre à être soi« La plus grande chose du monde, c’est de savoir être soi », disait Montaigne. Il y a dans notre système social un surmoi, des « surnous » immodérés. Celui de plaire à tout prix et à tout le monde.

Nous souffrons de vouloir contenter, satisfaire, correspondre à l’autre, aux autres. L’intention est d’apprendre à vivre avec les autres tout en restant soi-même. Nous éloignerons ainsi nos peurs de chercher à plaire éternellement.

Il est grand temps au XXIe siècle d’accepter d’être nous-même. On ne peut pas ressembler à tout le monde. Et si nous dérangeons par moment, l’essentiel est de ne pas être dérangé par les autres. Grand temps également d’apprendre à dire « non ».

Nombre d’entre nous, par manque d’affirmation de soi, n’osent pas dire « non ». Ils arrivent finalement à provoquer plus de mal que de bien en eux.
Apprendre à dire non

Apprendre à devenir authentique et correct envers soi démontre aux autres qu’il est possible d’atteindre une sérénité au quotidien. À chacun sa sérénité.

Vouloir changer le monde demeure illusoire et impossible. Se changer soi-même appartient par contre à la réalité du possible. Ainsi le monde changera sans complication : essayons-nous !

 

 

Ne rêvons-nous pas tous d’un monde plus humain ?

Devenons le premier artisan du mieux-être

Couverture la peur1Couverture la colèreCouverture la tristesse1Couverture la joie

Crédit photos : Pixabay

Share Button