Qui suis-je ?

 

Accompagner la vie

 

??????????

 

Mon état d’esprit…

Mon état d’esprit du jour prend naissance et sens dès mon enfance. Je découvre naturellement la créativité à composer mon existence : l’apprentissage de la socialisation familiale, l’entraide, l’écoute, l’observation, la curiosité, l’agir, la volonté, l’autonomie, la responsabilité, l’accompagnement me propulsent au centre même de l’école au métier de la vie. Mes émotions jonglaient dans tous les sens et je devais seule trouver le bon remède pour ne pas parfois me déconnecter de la réalité. Ainsi ma vision du monde respirant s’inscrit à l’infini.

L’être est né émotionnel. Soit nos émotions nous détruisent, soit elles nous construisent, nous renforcent dans le bon sens. L’être ayant appris et compris comment gérer, exprimer, libérer ses émotions à leur juste valeur deviendra l’être le plus serein, le plus puissant et le plus riche de son existence et de la planète…

Aucune institution ne pourra remplacer ma première école, celle de mes profondes expériences. L’école émotionnelle.

 

Mon chemin de vie…

Après ma seconde école, celle de l’Éducation nationale, arrivée à l’âge d’intégrer le monde professionnel, j’entre dans ma troisième école, celle des fleuristes à Paris. Diplômée en 1973, j’exerce le métier d’artisan d’art floral depuis 1978. Grâce au lien floral j’accompagnais alors :

– la joie au travers d’anniversaires, mariages, baptêmes, fêtes…

– la tristesse et la peur au travers de deuils, douleurs, séparations, souffrances…

– la colère au travers d’une demande de pardon pour un moment de mauvaise humeur, un comportement inapproprié ou bien même un acte violent…

Nombreux clients venaient libérer leurs émotions au milieu d’un lieu propice, magique aux milles senteurs : le paradis floral. L’écoute et le partage inspiraient et activaient un accès de tous les possibles humains et de libérations en temps réel.

En 1999, je m’effondre inconsciente dans ma boutique : le burnout professionnel.

À ma sortie de l’hôpital, je pris conscience de mon corps épuisé, vidé que  je ne savais pas écouter en ce temps-là . Je m’imposais jusqu’alors au prix de ma propre santé de servir la clientèle au meilleur de moi-même, et surtout lors des deuils d’enfants. J’étais  prisonnière d’un rythme infernal exigé par mon métier. Un rythme effréné que je m’imposais également dans ma vie personnelle à coup de : « J’aurais toute la mort pour me reposer ».  Belle bêtise…

Après une longue réflexion, en 2003 j’ai suivi la formation de sophrologue à l’Institut de Sophrologie Paris XV, ma quatrième école.

 

Ma rencontre avec la sophrologie…

Pourquoi choisir la sophrologie ? La sophrologie répond en corollaire avec ma philosophie, mon éthique morale et m’a permis d’associer l’art floral à certaines techniques. Je restais ainsi reliée aux trois écoles de ma vie : la relation humaine, l’art de l’écoute et l’accompagnement créatif.

J’exerce depuis 2006 en libéral auprès : des personnes de tout âge, des enfants/pré-adolescents, des personnes en situation de handicap… Nombreux retours et témoignages recueillis auprès des êtres ayant vécu des séances du mieux-être ont conforté encore à ce jour ma conviction d’être née d’accompagner mes semblables.

Concrètement, j’adapte au cas par cas un protocole approprié à la demande de chaque être. Au fil des ans, et bien avant ma formation de sophrologue, j’ai pu constater et relier les bases du mal-être, celles de nos sentiments, sensations émotionnelles non exprimées, mal gérées. J’offre à la personne en demande la possibilité de retrouver sa propre autonomie à agir, réagir, en douceur et à sa cadence, pour reprendre sa vie en main.

Ma mission s’inscrit au centre même du cœur/corps/mental émotionnel de chacun. Il n’y a pas de hasard, de ma naissance terrestre à ce jour, ma vie demeure et persiste à rester connectée à la voie du partage et du mieux-être collectif. Sans détour, je n’ai cessé de m’expérimenter pour mieux comprendre autrui, afin d’accompagner au plus juste.

À l’âge de la retraite, les écoles professionnelles deviennent des souvenirs et je m’aperçois que seule l’école au métier de la vie demeure. Elle est irremplaçable, et sera la première et la dernière de mon existence et de votre existence.

 

Mes outils…

– le livre J’ose prendre mes émotions en main, composé de la peur, la colère, la tristesse, la joie

– le jeu de cartes « Mieux-Être »

– le « Carnet de mes émotions »

– un « Programme éducatif enfants/pré-adolescents »

– jose-prendre-mes-emotions-en-main.com et sophrofleurs.com

Pour un monde meilleur et plus respectueux ne serait-il pas temps de prendre en main nos émotions ? Il n’y a pas d’âge ni d’époque spécifique pour vivre ici et maintenant au mieux de nous-même.  À chacun d’accomplir son être.

 

Mon équipier, mon ami des lettres

Arrive et non pas par hasard mon amitié naissante avec Jefletworld, créant une dépendance à nos échanges en mots de découverte en découverte. Notre terrain de prédilection s’inscrit autour d’un sujet éternel : le respect de la vie, du monde respirant et de l’être à part entière.

Notre catalyseur de vie : œuvrer sur le chemin de l’autonomie et du mieux-être individuels et collectifs.

Plus rien ne nous arrête, la fusion se nourrit sans limite au jour le jour, sans congés au cœur de notre évolution humanitaire et sans prétention : juste à notre niveau de terrien. Le respect et la confiance entretiennent nos partages fructueux. Nous apprenons en permanence de nos aspirations actives et réciproques.

Je ne remercierai jamais assez Jefletworld de m’accompagner à cultiver ma boulimie vitale des mots grâce à la langue de Molière. Nous écrivons ensemble simplement et le plus cohérent possible chaque texte visant les lecteurs de tous âges et de tout statut social de la planète.

À tous nos projets et à nos plumes, cher ami.

Catherine

 

Ses accomplissements :

– webmaster de ce site

– gestion de la publication électronique de J’ose prendre mes émotions en main

– co-auteur des textes de ce site, et correction et amélioration des textes du livre

Son état d’esprit :

Dans ce monde du matériel excessif, de la communication marketing et de l’illusion quasi permanente où l’avoir sous toutes ses formes détruit l’être, sortons de notre endormissement et/ou de notre aveuglement. Réalisons-nous individuellement dans le respect collectif pour nous extraire du moule ravageant en masse et nous anéantissant, mais bizarrement rassurant…

Être de mots en cours de guérison de ses maux, j’ai appris avec Catherine à positiver davantage ma vie et la vie. Ma rencontre avec cette joyeuse extraterrestre du bonheur dans le juste de la réalité était écrite dans ma destinée.

Et je me réjouis de nos projets communs en cours et à venir, notre union intellectuelle et amicale nous faisant chacun fourmiller d’idées au nom du respect de la vie.

Jefletworld

 

Bibliographie :

– J’ose prendre mes émotions en main – Première partie – Bonjour Madame la peur, 2015, Catherine Mathieu

– J’ose prendre mes émotions en main – Deuxième partie – Bonjour Madame la colère, 2015, Catherine Mathieu

– J’ose prendre mes émotions en main – Troisième partie – Bonjour Madame la tristesse, 2015, Catherine Mathieu

– J’ose prendre mes émotions en main – Quatrième partie – Bonjour Madame la joie, 2015, Catherine Mathieu

– L’Art Thérapie Florale, 2007, Ed. L’Harmattan

– L’Art-thérapie floral en Sophrologie, 2008,  Ed. L’harmattan, titre de mon mémoire

Share Button